dimanche 22 juin 2014

Theodore, Paul & Gabriel le 21 juin 2014


Theodore, Paul & Gabriel


Fete de la musique 2014


y étiez-vous? donnez votre avis en commentaire!!!

Theodore, Paul & Gabriel à Neuilly sur Seine, ville Rock’n Roll pour un soir.


Nous avions raté, pour une bonne raison, le concert que donnait Theodore, Paul & Gabriel, au festival Chorus 92. Autant dire qu’en parcourant l’app « fete de la musique » sur mon téléphone, et découvrant cette programmation la décision de « qu’est-ce qu’on fait ce soir » a été assez vite scellée…


Modern world chantait David Bowie en 1980. Il ne savait pas à qui s’attendre !!! Aujourd’hui on prépare une soirée de fête de la musique en consultant son téléphone qui vous indique ce qui se passe autour de vous… On gagne en « efficacité » ce que l’on perd en charme de la découverte : « Avant », on prenait le RER et on flânait dans les rues de Paris, guettant au hasard des rues les découvertes d’inconnus jouant sur le trottoir. On rentrait parfois déçu de n’avoir rien entendu de valable.


A cette époque-là, seriez-vous allé à Neuilly-sur Seine dans le but d’écouter de la bonne musique ? Evidemment non !


Merci donc à mon Iphone et à Neuilly-sur-seine de nous avoir concocté cette soirée !!!


Concert donc de Theodore, Paul & Gabriel, auquel ce petit blog consacre donc un second article. Ambiance plus familiale que pure rock’n roll, c’est un peu dommage, ribambelles de (très) jeunes enfants qui passent et tournent autour de nous avec leurs barbapapas et masquent le champ de vision avec leur ballons à l’hélium… il est 19 h et c’est un peu tôt peut-être pour une ambiance « concert ». la « salle » n’est pas très chaude et les premiers morceaux semblent ne pas réveiller les spectateurs de leur torpeur…


On assiste presque à un concert privé, il y a là au maximum 300 personnes, mais le groupe se donne vraiment à fond et le spectacle est de qualité. Les morceaux, que l’on connait, s’enchainent.

Le chant de Clémence Gabriel est toujours aussi efficace, elle use de sa voix comme d’un instrument qu’elle module du cri rauque (‘n roll bien sûr) à la mélodie aigue, palette qui donne ce style au groupe et va si bien aux reprises (Mercedes Benz, choix admirable, et TaintedLove, ceux qui me connaissent sauront qu’à l’évidence c’est comme ça que je conçois une reprise de ce titre !!!)

Si on doit formuler une (toute petite) critique, j’en formulerai deux : la première, adressée au groupe: on aimerait tant que les versions concert donnent une plus large part aux solos, impros et « versions live » un peu éloignées (mais pas trop), des versions studio ! Je reconnais que l’ambiance d’hier soir peut-être un peu sage ne rendait pas la tâche facile !!! Vient donc la seconde critique, cette fois ci à l’organisation qui a programmé Theodore, Paul et Gabriel en ouverture du concert : quelle galère de « chauffer » ainsi une « salle » de badauds venus en famille pour la plupart pour la promenade du soir…. Il y avait ensuite Renan Luce, qui n’aurait sans doute pas voulu débuter le concert, mais, en fin de soirée, un groupe d’electro pop (les Juveniles), qui auraient pu lancer l’ambiance et réserver à Theodore, Paul & Gabriel la fin de soirée, lorsque les enfants sont couchés et l’ambiance (enfin) créée…


Malgré cela, le groupe montre son talent et sa maitrise du sujet, le public se réchauffe et les morceaux s’enchainent, ponctués de quelques commentaires de la chanteuse qui nous annonce par exemple un nouveau morceau : attention sympathique, nous découvrons donc ce que sera « la suite »… et cette suite s’annonce prometteuse, le nouveau morceau ( ?? Her Majesty ?? je ne suis plus certain du tittre, désolé).


Vraiment bien, bravo et vivement la suite.

jeudi 12 juin 2014

Gimme Shelter The Rolling stones

Gimme Shelter 


au Stade de France, 13 juin 2014, ça envoie encore.....

Titre noir des Rolling Stones, dans lequel s’exprime toute la violence d’une époque… pacifiste ! ça commence doucement, les guitares s’entremêlent, Brian Jones n’est déjà plus qu’une ombre qui n’en fait plus aux Glimmer Twins (surnom de Richards et Jagger)… D’ailleurs c’est le seul Keith Richards qui joue toutes les pistes de guitare sur le morceau. Brian Jones n’assiste semble-t-il pas aux premières sessions d’enregistrement, et la chanson sera terminée après sa mort.



Cette intro extraordinaire, lancinante et longue, avant que Mick Jagger ne prenne la parole, presque en arrière-plan, pour cette longue plainte venue de la, venue du blues…

Le morceau semble taillé exprès pour l’ambiance épouvantable du concert d’Altamont, même si c’est pendant « Under My Thumb » que meurt Meredith Hunter. Le morceau semble avoir été écrit pour Apocalypse Now, et pourtant ne figure pas sur la bande originale du film. Le morceau raconte la guerre du vietnam comme si c’était un ouragan, une catastrophe naturelle, et la guitare de Keith Richards, à laquelle se même la voix, une voix féminine, celle de Meryl Clayton fait rare, unique sur un titre des Rolling Stones, à une place autre que celle de choriste ! Cette chanteuse, ex choriste (Raellette) de Ray Charles quand même, n’a pas ensuite profité de l’aura de Gimme Shelter, ou pas assez…


Car ce morceau magnifique doit beaucoup à cette femme, dont la voix perchée, terrifiante et terrifiée, comme une incantation, finit par prendre la place de Mick Jagger dans les refrains, lui ne reprenant qu’un mot dans chaque phrase comme pour en souligner la portée… A deux reprises, dans le refrain après le solo, son chant culmine en un cri aigu où sa voix se casse, arrachant un « ooohh » à Mick Jagger, qu’on entend bien sur la version studio. La dame n’est pas là juste pour rigoler… Mick Jagger et Keith Richards la rejoignent pour un final qui s’éloigne comme le fait une tornade…


Est-ce abusé de dire que ce titre est l’un des meilleurs des Rolling Stones ??

lundi 2 juin 2014

Okay Monday



Okay Monday révélation rock de l'année?

http://www.okaymonday.com


Un rock moderne et claquant, vif et efficace, qui sonne 60’s à souhait, sans tomber dans la redite la momolle et nostalgique.

Voici Okay Monday, groupe qui nous vient de Lille et qui démarre une carrière que Mon Histoire du Rock souhaite longue et prolifique.

On sait mon gout pour « l’ancien », et la capacité de mon oreille à s’éveiller au premier son émis par une bande de jeunes dès qu’elle aborde les contrées du rock à l’ancienne et décide de faire du neuf avec du vieux. Affirmant avec raison que les années 60 nous ont offert « ce qui se faisait de mieux », les Okay Monday ne négligent pas pour autant les références plus proches et savent également s’appuyer sur l’énergie indé des 90’s.

A l’écoute, ces belles références ne sautent pas aux oreilles, on n’est pas dans le « à la manière de », genre qui peut par ailleurs avoir son charme (Gaspard Royant, The Excitements.. ) mais bien plus dans une création originale effectuée après avoir beaucoup, beaucoup, écouté, pratiqué, les gammes des « anciens », et assimilé le tout pour un heureux et original résultat (« So Strange », ou l’influence Beatles époque Sgt Peper n’est pas la seule présente, les Kinks ne sont pas très loin, comme dans « Mary and I », on veut bien aussi parfois entendre les Jams (« Spanish Harlem », repris dans la pure tradition British), bref, pop, sans doute, mais façon Brit’…, on sait tout le bien que je peux en penser…


Encore une fois, on risque de se perdre et de louper l’essentiel de la créativité et de l’énergie de ce groupe si on s’en tient, comme je viens de le faire (pour clore le débat ?), au jeu de « quelle influence ??? » : L’écoute des morceaux ( par exemple http://okaymonday.bandcamp.com/ ) à elle seule met tout le monde d’accord : fougue, humour, talent, maitrise du sujet, bravo.


L’idéal sans doute serait de les voir sur scène, ce qui semble se produire assez souvent !


Un groupe à suivre donc !


Ces « jeunes gens », après avoir été remarqués par le tremplin ‘Inrocks Lab’, repérés au Printemps de Bourges, se sont mis en tête de sortir un EP. C’est à suivre, là : http://www.kisskissbankbank.com/okay-monday-mission-premier-ep